"Boire de la bière" - un événement

Bundestag ou élections européennes, Coupe du monde de football et "boire de la bière". Ce sont tous des événements. Mais qu'est-ce qui relie quelque chose d'aussi banal que le plaisir d'une boisson froide à des dates politiquement importantes, par exemple ?

 Alors, qu'est-ce que c'est - des événements ?


De nombreuses personnes intelligentes ont déjà abordé le sujet de la nature des événements. Néanmoins, à ce jour, il n'a pas été clairement établi à quel moment on peut parler d'événements. Ou peut-être pouvons-nous dire que c'est le fait de parler qui fait de quelque chose un événement en premier lieu ?


Commençons peut-être par ceci : le mot allemand "Ereignis", à l'origine ressemble à ceci : "Eräugnis". Un événement est donc quelque chose qui ne naît qu'en étant vu. Comme un match de football. Ce n'est pas une chose, mais son essence est que c'est un processus non répétable qui n'est pas matériel au sens propre, comme l'ordinateur sur lequel je suis assis en ce moment.


Donald Davidson, un penseur américain très intelligent, décédé en 2003, voyait les choses ainsi (et ce n'est pas incontestable) : il y a des "choses" qui se passent dans le monde réel, comme le match de football que je viens de mentionner - nous appelons cela un "événement". À cet événement sur la pelouse verte, que nous décrivons avec des mots, nous donnons l'identité, c'est-à-dire le nom : Un match de football. Mais le match de football ne devient-il un match de football que lorsqu'on y pense, ou est-il aussi déjà "là", en tant qu'événement, lorsqu'on n'y pense pas ? Ou bien ce qui se passe dans notre tête est-il un événement et ce qui se passe sur le terrain en est-il un aussi ? Et, pour que la confusion soit totale : Est-ce que ce qui se passe matériellement dans notre cerveau (c'est-à-dire au niveau des neurones) est exactement le match de football auquel nous pensons (et non pas ce que nous regardons), ou est-ce que le match de football auquel nous pensons lorsque quelque chose se passe dans notre cerveau est autre chose ? Autrement dit, y a-t-il quelque chose que notre "je" appelle un match de football parce qu'il se passe quelque chose dans notre cerveau ? Ou est-ce vrai : les cellules grises A et B font quelque chose, nous appelons cela un match de football, donc chaque fois que les cellules A et B sont dans notre tête

sont "on", c'est un match de football, toujours ?!


Pour chacune de ces positions, et certaines entre elles, il y a des experts qui pensent même pouvoir la justifier. Le point de vue de Donald Davidson est le suivant : lorsque quelque chose se passe sur le gazon, cela déclenche quelque chose dans notre cerveau, et nous pensons : match de football. Nous disons donc que ce qui se passe sur le terrain déclenche la pensée : match de football. Par conséquent, il existe une relation de cause à effet entre le matériel, c'est-à-dire le match de football, et ce qui se passe dans l'esprit, le mental. Si c'est le cas, beaucoup affirment qu'il doit y avoir une loi qui puisse toujours être appliquée

peuvent être appliquées.


Ainsi :

TOUJOURS, à cause d'une chose, il se passe autre chose, comme chaque fois qu'un pied heurte un ballon, il bouge.


Beaucoup seraient d'accord avec cela, mais est-ce TOUJOURS vrai ? Donc

il se passe toujours quelque chose de matériel quand on pense à quelque chose ? Nous n'en sommes pas encore si sûrs. Et c'est exactement ce qu'on appelle l'anomalie de l'esprit. Il dit que quelque chose peut se produire dans l'esprit sans déclencher quoi que ce soit de matériel. Je peux donc penser à ma petite amie, et rien ne se passe dans la vraie vie (malheureusement).


Maintenant, Davidson dit qu'entre les déclarations que nous venons de mentionner, il n'y a pas de contradiction si nous observons une minuscule distinction. La distinction selon laquelle seule la formulation d'une loi dans la langue fait qu'une loi est une loi. Il y a donc des liens entre le spirituel et le matériel, sinon, après tout, une pensée ne pourrait rien donner, mais c'est seulement le fait que je la formule dans le langage, par exemple, la phrase :


"Chaque fois qu'un pied frappe un ballon, il bouge", ce qui en fait une loi, qui peut également être violée. Comme c'est le cas pour le lien entre la cause et l'effet impérieux de l'esprit et de la matière.

...et de la matière.


Rien de compris ? Pas mal, ça m'a pris beaucoup de temps aussi.


Encore une fois, lentement :


Je pense (et non pas dis) : "Je veux boire la bière qui est devant moi." Alors, parce que c'est ce que je pense ensuite, je bouge mon bras, je prends la bière et je la bois. Penser "je veux boire la bière qui est devant moi" est ce qui me fait vider le verre sur le comptoir (effet).


MAIS : Je pourrais aussi penser "je veux boire la bière qui est devant moi" mais ne pas le faire, par exemple parce que ma petite amie me regarde et ne pense pas que c'est une bonne idée. Ma pensée ne déclenche donc pas de réaction. Contrairement au pied qui touche le ballon.


Parce que dans ce cas, la balle est TOUJOURS en mouvement. Il est donc différent qu'une pensée soit une cause, ou quelque chose de matériel. Bien que Sir Isaac Newton, lorsqu'il a écrit sa "mécanique classique" à la fin du 17e siècle, ait affirmé que "si un corps exerce une force sur un second, [...] il en fait l'expérience de la même manière" (wikipedia.org/wiki/Motion_(Physics)).

Mais si je dis maintenant que les lois, même celles de l'action et de la réaction ou de la cause et de l'effet, ne sont aussi contraignantes qu'elles le prétendent lorsqu'elles sont exprimées ou formulées, quelque chose peut se produire sans réaction si je ne l'exprime pas sur le plan linguistique. Ensuite, il existe toujours un lien entre la pensée et l'action, mais nous ne sommes pas en mesure de l'exprimer sur le plan linguistique.

La contradiction n'existe donc que lorsque je commence à la formuler.

Encore plus court :
La simple pensée "je veux boire la bière" a un rapport avec la boisson elle-même. Mais c'est seulement quand je le dis qu'il entre dans une catégorie qui doit se conformer aux lois classiques de cause à effet.
Vous pouvez donc penser "Je ne vais jamais lire ce sh.... texte encore", et le faire encore. Mais dès qu'ils disent "je ne lirai plus jamais ce texte" et qu'ils le font quand même, la contradiction surgit que leur pensée n'est pas une cause classique. Car, si c'était le cas, ils ne liraient nécessairement plus jamais ce texte.

Que peut-on "acheter" en pensant à de telles pensées ?
faire ? Tout simplement - c'est une question de logique. Nous, les humains, essayons de faire des prévisions, c'est-à-dire de prévoir ce qui se passera nécessairement. Le but est de s'épargner un travail (mental) en étant capable de se référer à une expérience justifiée, que chaque fois que je fais quelque chose de certain, il est suivi par quelque chose de très certain.

Image : Pixabay
Texte : adolf.muenstermann@gmail.com



Webauftritt von stadt40

Teile jetzt diesen Artikel