Journée franco-allemande 2021 (en francais)

Le discours d'Olaf Zimmermann, directeur général du Conseil culturel allemand

Mesdames et Messieurs,  

Les ennemis doivent devenir des amis - c'était l'objectif du traité de l'Élysée de 1963. 18 ans après la Seconde Guerre mondiale, cela ne va pas de soi. Le 22 janvier 1963, il y a 58 ans aujourd'hui, le Chancelier fédéral Konrad Adenauer et le Président français Charles de Gaulle signaient une "Déclaration commune" et le "Traité de coopération franco-allemande" - le Traité de l'Élysée en abrégé - au Palais de l'Élysée à Paris.

Ce traité d'amitié franco-allemand a marqué un profond tournant dans les relations franco-allemandes. Les "ennemis héréditaires" sont devenus des amis. Pendant des siècles, l'histoire franco-allemande a été une histoire de conflits armés. Les guerres napoléoniennes, la guerre franco-allemande de 1871, la Première et la Seconde Guerre mondiale ; ce sont aussi des guerres où la suprématie en Europe est en jeu. Le traité de l'Élysée, la réconciliation avec la France et l'amitié profonde qui s'en est suivie ont constitué une étape centrale de l'Allemagne vers l'Occident et la condition de base de la maison européenne qui allait suivre.

Aujourd'hui, l'amitié franco-allemande est une évidence. Les deux partenaires peuvent regarder avec satisfaction les presque soixante années passées ensemble. Beaucoup de choses ont été réalisées en termes d'institutions communes, d'accords communs, de réunions de routine et il semble aujourd'hui presque absurde que les Français et les Allemands soient hostiles les uns aux autres.

Néanmoins, il est bon de réfléchir un instant. Quand, à l'âge de quinze ans, j'ai fait du stop à travers la France pendant deux semaines avec un ami au milieu des années soixante-dix du siècle dernier, ce fut non seulement ma première grande aventure de voyage, mais aussi une leçon d'histoire vivante qui résonne encore aujourd'hui. Il était clair à l'époque que les blessures profondes de la guerre n'étaient pas encore cicatrisées. On nous a dit plus d'une fois au cours de ce voyage que nous étions les bienvenus, mais seulement parce que nous étions si jeunes. Qui pourrait blâmer nos hôtes, qui avaient encore des souvenirs douloureux de la Seconde Guerre mondiale ?

Aujourd'hui marque le début de la journée franco-allemande. Cette journée est malheureusement quelque peu perdue dans le chaos de la crise de Corona. Mais pour moi, ce jour ne peut être considéré comme acquis. Sans l'amitié avec la France, sans le traité de l'Élysée, l'Union européenne n'existerait pas.


Olaf Zimmermann, directeur général du Conseil culturel allemand



Webauftritt von stadt40

Teile jetzt diesen Artikel