Die Rede des 46.Präsidenten der Vereinigten Staaten (en francais)

America United

Le juge en chef Roberts, le vice-président Harris, le président Pelosi, le leader Schumer, le leader McConnell, le vice-président Pence, mes invités de marque, mes compatriotes américains,

 

Aujourd'hui est le jour de l'Amérique.

 

C'est la Journée de la démocratie, un jour d'histoire et d'espoir, de renouveau et de détermination.

 

A travers un creuset pour les âges, l'Amérique a été une fois de plus mise à l'épreuve. Et l'Amérique a relevé le défi.

 

Aujourd'hui, nous célébrons le triomphe, non pas d'un candidat, mais d'une cause, la cause de la démocratie. Le peuple, la volonté du peuple, a été entendue, et la volonté du peuple a été prise en compte.

 

Nous avons appris une fois de plus que la démocratie est précieuse. La démocratie est fragile. Et en cette heure, mes amis : la démocratie a triomphé !

 

Alors maintenant, sur cette terre sacrée, où il y a quelques jours seulement la violence cherchait à ébranler le Capitole jusqu'à ses fondations, nous nous rassemblons comme une seule nation, sous Dieu, indivisible, pour effectuer le transfert pacifique du pouvoir comme nous l'avons fait depuis plus de deux siècles. Nous attendons avec impatience, audace et optimisme, à notre manière typiquement américaine, la nation que nous savons que nous pouvons et devons être.

 

Je remercie mes prédécesseurs des deux partis d'être ici aujourd'hui. Je les remercie du fond du cœur. Et je connais la résilience de notre Constitution et la force, la puissance de notre nation, tout comme le président Carter, avec qui je me suis entretenu hier soir, qui ne peut être parmi nous aujourd'hui, mais que nous saluons pour sa vie de service. Je viens de prêter le serment sacré que chacun de ces patriotes a prêté - le serment prêté en premier lieu par George Washington.

 

Mais l'histoire américaine ne dépend pas de l'un d'entre nous, pas de certains d'entre nous, mais de nous tous, nous le peuple, qui recherchons une union plus parfaite. C'est une grande nation. Nous sommes des gens bien. Au fil des siècles, à travers les tempêtes et les troubles, en temps de paix comme en temps de guerre, nous sommes arrivés jusqu'ici, mais il nous reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Nous avancerons avec rapidité et urgence, car nous avons beaucoup à faire en cet hiver de danger et d'opportunités importantes. Beaucoup à réparer, beaucoup à restaurer, beaucoup à guérir, beaucoup à construire et beaucoup à gagner.

Peu de personnes dans l'histoire de notre nation ont connu des moments plus difficiles que ceux que nous connaissons aujourd'hui. C'est un virus du siècle, qui se faufile tranquillement dans le pays. Elle a pris autant de vies en un an que l'Amérique en a perdu pendant toute la Seconde Guerre mondiale. Des millions d'emplois ont été perdus, des centaines de milliers d'entreprises ont fermé, un cri pour la justice raciale 400 ans plus tard nous agite. Le rêve d'une justice pour tous ne peut plus être remis à plus tard. Un cri de survie vient de la planète elle-même. Un cri qui ne peut être plus désespéré et plus clair, et maintenant une émergence de l'extrémisme politique, de la suprématie blanche, du terrorisme intérieur que nous devons affronter et que nous vaincrons.

Il faudra bien plus que des mots pour surmonter ces défis, restaurer nos âmes et assurer l'avenir de l'Amérique. Elle exige la chose la plus insaisissable dans une démocratie : l'unité. L'unité.

En janvier 1863, le jour de l'an, Abraham Lincoln signe la proclamation d'émancipation. Alors qu'il mettait son stylo sur le papier, le président a dit, et je cite : "Si jamais mon nom entre dans l'histoire, c'est pour cet acte, et toute mon âme y est". "Toute mon âme est dedans." Aujourd'hui, en ce jour de janvier, toute mon âme est en elle : rassembler l'Amérique, unir notre peuple, unir notre nation. Et je demande à tous les Américains de se joindre à moi pour cette cause.

Unis, nous combattons les ennemis auxquels nous sommes confrontés, la colère, le ressentiment et la haine, l'extrémisme, l'anarchie, la violence, la maladie, le chômage et le désespoir. Avec l'unité, nous pouvons faire de grandes choses, des choses importantes. Nous pouvons réparer les torts. Nous pouvons mettre les gens dans de bons emplois. Nous pouvons éduquer nos enfants dans des écoles sûres. Nous pouvons vaincre le virus mortel. Nous pouvons récompenser le travail, reconstruire la classe moyenne et fournir des soins de santé pour tous. Nous pouvons assurer la justice raciale et nous pouvons faire en sorte que l'Amérique redevienne le leader pour le bien dans le monde. Je sais que parler d'unité peut sembler être un fantasme idiot pour certains de nos jours. Je sais que les forces qui nous divisent sont profondes et qu'elles sont réelles. Mais je sais aussi qu'ils ne sont pas nouveaux.

Notre histoire est une lutte constante entre l'idéal américain selon lequel nous sommes tous créés égaux et la dure et laide réalité que le racisme, le nativisme, la peur et la diabolisation nous ont longtemps déchirés. La lutte est permanente et la victoire n'est jamais certaine. Pendant la guerre civile, la Grande Dépression, la guerre mondiale, le 11 septembre, à travers les luttes, les sacrifices et les revers, nos meilleurs anges ont toujours triomphé. Dans chacun de ces moments, nous avons été suffisamment nombreux à nous rassembler pour nous faire tous avancer, et nous pouvons le faire maintenant : L'histoire, la foi et la raison montrent le chemin, le chemin de l'unité. Nous pouvons nous voir, non pas comme des adversaires, mais comme des voisins. Nous pouvons nous traiter mutuellement avec dignité et respect. Nous pouvons unir nos forces, arrêter les cris et faire baisser la température. Car sans unité, il n'y a pas de paix, seulement de l'amertume et de la colère. Pas de progrès, seulement une indignation exhaustive. Pas de nation, seulement un état de chaos. Nous vivons un moment historique de crise et de défi, et l'unité est la voie à suivre.

Et nous devons nous montrer à la hauteur de ce moment en tant qu'États-Unis d'Amérique. Si nous faisons cela, je vous garantis que nous n'échouerons pas. Nous n'avons jamais échoué en Amérique lorsque nous avons agi ensemble. Et donc aujourd'hui, à cette heure, en ce lieu, prenons un nouveau départ, tous ensemble. Recommençons à nous écouter les uns les autres. S'entendre les uns les autres. Se voir les uns les autres. Respectons-nous les uns les autres. La politique n'a pas besoin d'être un feu furieux qui détruit tout sur son passage. Tous les désaccords ne doivent pas forcément être une raison de guerre totale. Et nous devons rejeter la culture où les faits sont manipulés et même fabriqués. Mes compatriotes américains, nous devons être différents de cela. L'Amérique doit être meilleure que cela, et je crois que l'Amérique est tellement meilleure que cela. Regardez autour de vous. Nous sommes ici, à l'ombre du dôme du Capitole qui, comme je l'ai déjà dit, a été achevé en pleine guerre civile, alors que l'Union elle-même était littéralement en jeu. Pourtant, nous avons persévéré. Nous sommes là, avec vue sur le grand centre commercial où le Dr King a parlé de son rêve. Nous voici au point où, il y a 108 ans, lors d'une autre inauguration, des milliers de manifestants ont tenté de bloquer les femmes courageuses qui défilaient pour obtenir le droit de vote. Et aujourd'hui, nous célébrons la prestation de serment de la première femme de l'histoire américaine à être élue à une fonction nationale, la vice-présidente Kamala Harris.

Ne me dites pas que les choses ne peuvent pas changer ! Nous nous trouvons ici, de l'autre côté du Potomac, en face du cimetière d'Arlington, où les héros qui ont donné la mesure ultime de leur dévouement reposent dans la paix éternelle. Et nous voici, quelques jours à peine après qu'une foule en émeute ait cru pouvoir utiliser la violence pour faire taire la volonté du peuple, pour arrêter le travail de notre démocratie, pour nous chasser de cette terre sacrée. Ce n'est pas ce qui s'est passé. Cela n'arrivera jamais. Pas aujourd'hui. Pas demain. Jamais. Jamais.

À tous ceux d'entre vous qui ont soutenu notre campagne, je suis honoré de la confiance que vous nous avez accordée. À tous ceux d'entre vous qui ne nous ont pas soutenus, permettez-moi de dire ceci. Écoutez-moi pendant que nous avançons. Prenez la mesure de moi et de mon cœur. Si vous n'êtes toujours pas d'accord, qu'il en soit ainsi. C'est cela la démocratie. C'est l'Amérique. Le droit d'être en désaccord de manière pacifique. Dans les garde-fous de notre république, c'est peut-être la plus grande force de cette nation. Mais écoutez-moi bien : un désaccord ne doit pas conduire à la division. Et je vous promets que je serai un président pour tous les Américains, pour tous les Américains. Et je vous promets que je me battrai tout aussi fort pour ceux qui ne m'ont pas soutenu que pour ceux qui l'ont fait.

Il y a plusieurs siècles, saint Augustin, un saint de mon Église, a écrit qu'un peuple est une multitude définie par les objets communs de leur amour. Définis par les objets communs de leur amour. Quels sont les objets communs que nous aimons en tant qu'Américains et qui nous définissent en tant qu'Américains ? Je pense que nous le savons. Opportunité, sécurité, liberté, dignité, respect, honneur et, oui, vérité.

Les dernières semaines et les derniers mois nous ont donné une douloureuse leçon. Il y a la vérité et il y a les mensonges, des mensonges racontés pour le pouvoir et pour le profit. Et chacun de nous a un devoir et une responsabilité en tant que citoyen, en tant qu'Américain, et surtout en tant que dirigeant, dirigeant qui s'est engagé à honorer notre Constitution et à protéger notre nation, à défendre la vérité et à vaincre le mensonge.

Écoutez, je comprends que beaucoup de mes concitoyens américains voient l'avenir avec crainte et inquiétude. Je comprends qu'ils s'inquiètent pour leur emploi. Je comprends que, comme mon père, ils se couchent la nuit, en fixant le plafond, en se demandant "Puis-je garder mes soins de santé ? Puis-je payer mon hypothèque ? Ils pensent à leur famille, à ce qui va suivre. Je vous le promets, j'ai compris. Mais la réponse n'est pas de se replier sur soi-même, de se retrancher dans des factions concurrentes et de se méfier de ceux qui ne vous ressemblent pas, ou qui ne croient pas comme vous, ou qui ne reçoivent pas leurs nouvelles de la même source que vous. Nous devons mettre fin à cette guerre barbare qui oppose les rouges aux bleus, les ruraux aux urbains, les conservateurs aux libéraux. Nous pouvons y parvenir si nous ouvrons notre âme au lieu d'endurcir notre cœur, si nous faisons preuve d'un peu de tolérance et d'humilité, et si nous sommes prêts à nous mettre à la place de l'autre, comme le disait ma mère,

"Juste pour un moment, mettez-vous à leur place." Parce que c'est ça, la vie : Il n'y a pas de compte à rendre pour ce que le destin vous fait. Certains jours, quand vous avez besoin d'un coup de main. Il y a d'autres jours où nous sommes appelés à aider. C'est ainsi que cela doit être. C'est ce que nous faisons les uns pour les autres. Et quand nous serons comme ça, notre pays sera plus fort, plus prospère, prêt pour l'avenir. Et nous pouvons encore être en désaccord.

Mes compatriotes américains, dans le travail qui nous attend, nous aurons besoin les uns des autres. Nous aurons besoin de toutes nos forces pour passer ce sombre hiver. Nous entrons peut-être dans la phase la plus dure et la plus mortelle du virus. Nous devons mettre la politique de côté et affronter enfin cette pandémie comme une seule, comme une seule nation.

Et je vous promets ceci : comme le dit la Bible, "Pleurez, et vous souffrirez pendant une nuit, mais la joie viendra au matin." Nous nous en sortirons ensemble. Ensemble. Écoutez, tous mes collègues avec lesquels je travaille ici à la Chambre et au Sénat, nous comprenons tous que le monde nous regarde aujourd'hui, nous regarde tous. Voici donc mon message aux personnes qui vivent au-delà de nos frontières : L'Amérique a été mise à l'épreuve et nous en sommes sortis plus forts. Nous allons réparer nos alliances et tourner notre attention vers le monde. Non pas pour relever les défis d'hier, mais ceux d'aujourd'hui et de demain.

Et nous ne dirigerons pas seulement par notre puissance, mais par la force de notre exemple. Nous serons un partenaire fort et fiable pour la paix, le progrès et la sécurité.

Vous savez tous que nous avons traversé tant de choses dans ce pays. Pour mon premier acte en tant que président, je vous demande de vous joindre à moi pour un moment de prière silencieuse afin de nous souvenir de tous ceux que nous avons perdus à cause de la pandémie l'année dernière, ces 400 000 compatriotes - mères, pères, maris, femmes, fils, filles, amis, voisins et collègues de travail. Nous les honorerons en devenant le peuple et la nation que nous savons que nous pouvons et devons être. Je vous demande donc de dire une prière silencieuse pour les morts et les personnes en deuil et pour notre pays. (MOMENT DE SILENCE) Amen.

Les amis, c'est le moment des tests. Nous sommes confrontés à une attaque contre notre démocratie et contre la vérité. Un virus en colère, une injustice croissante, la piqûre du racisme systémique, un climat en crise, le rôle de l'Amérique dans le monde. Chacune de ces questions suffirait à nous interpeller profondément. Mais le fait est que nous sommes confrontés à eux tous en même temps, ce qui met cette nation face à l'une des plus graves responsabilités que nous ayons jamais eues. Nous sommes maintenant mis à l'épreuve. Serons-nous tous debout ? Il est temps de faire preuve d'audace, car il y a tant à faire. Et cela est certain.

Je vous promets que nous serons jugés, vous et moi, sur la manière dont nous résoudrons ces crises en cascade de notre époque. Serons-nous à la hauteur, telle est la question. Serons-nous à la hauteur de cette heure rare et difficile ? Respecterons-nous nos engagements et léguerons-nous un monde nouveau et meilleur à nos enfants ? Je crois que nous devons le faire. Je suis sûr que vous aussi. Je crois que nous le ferons. Et quand nous le ferons, nous écrirons le prochain grand chapitre de l'histoire des États-Unis d'Amérique, l'histoire américaine, une histoire qui peut ressembler à une chanson qui signifie beaucoup pour moi. Il s'appelle "Hymne américain". Il y a un verset qui se démarque, du moins pour moi.

Et il dit ceci : "Le travail et les prières des siècles nous ont amenés à ce jour. Quel sera notre héritage ? Que diront nos enfants ? Faites-moi savoir dans mon cœur quand mes jours sont finis. Amérique, Amérique, je fais de mon mieux pour toi". Ajoutons notre propre travail et notre prière à l'histoire de notre grande nation. Si nous le faisons, alors, lorsque nos jours seront terminés, nos enfants et les enfants de nos enfants diront de nous : "Ils ont fait de leur mieux, ils ont fait leur devoir, ils ont guéri un pays brisé.

Mes chers compatriotes américains, je termine la journée par un serment sacré devant Dieu et devant vous tous. Je vous donne ma parole, je serai toujours à vos côtés. Je défendrai la Constitution. Je défendrai notre démocratie. Je défendrai l'Amérique. Et je mettrai tout, vraiment tout ce que je fais, à votre service, en pensant non pas au pouvoir mais à l'opportunité, non pas aux blessures personnelles mais au bien public.

Et ensemble, nous allons écrire une histoire américaine d'espoir et non de peur. D'unité, et non de division. De la lumière, et non des ténèbres. Une histoire de décence et de dignité.

Que ce soit l'histoire qui nous guide, l'histoire qui nous inspire, et l'histoire qui raconte les âges à venir que nous avons répondu à l'appel de l'histoire, que nous avons rencontré le moment. La démocratie et l'espoir, la vérité et la justice ne sont pas morts sous nos yeux, mais ont prospéré, l'Amérique a assuré la liberté chez elle et s'est une fois de plus imposée comme un phare pour le monde. Nous le devons à nos ancêtres, aux uns et aux autres, et aux générations à venir.

Nous nous attelons donc aux tâches de notre époque avec détermination et détermination, soutenus par la foi, animés par la conviction et dévoués les uns aux autres et au pays que nous aimons de tout notre cœur. Que Dieu bénisse l'Amérique et protège nos troupes. Merci, l'Amérique. 

                                           


Webauftritt von stadt40

Teile jetzt diesen Artikel