Au début, c'était l'Ahhhh

Nous nous servons tous de vous tous les jours, presque aussi naturellement que nos bras et nos jambes. Mais qu'est-ce que cette chose que nous appelons le langage ? Comment est-elle née et comment les mots qui la composent ont-ils vu le jour ?

Au début, c'était l'Ahhhh


Nous nous servons tous de vous tous les jours, presque aussi naturellement que nos bras et nos jambes. Mais qu'est-ce que cette chose que nous appelons le langage ? Comment est-elle née et comment les mots qui la composent ont-ils vu le jour ?


Je suppose que c'est de ma faute si je ne vous en ai pas parlé avant. La seule exubérance du zèle, je suppose, m'a fait justifier le bon ordre de mes articles.


Ce qui nous amène au sujet. Justification. Aujourd'hui, je veux approfondir un peu la philosophie du langage, et me tourner régulièrement vers les origines du langage et des mots.


Cependant, avant d'en arriver à la façon dont les mots individuels sont apparus, il pourrait être intéressant de voir comment se construit l'ensemble de la construction sur laquelle toute notre vie moderne est basée, n'est-ce pas ? Il y a les théories les plus folles et les plus délicieuses à ce sujet. On parle de la théorie du "woof-woof", dans laquelle nous empruntons le langage aux sons des animaux, ou du "fie-woof", ces moments où, à la vue de quelque chose de dégoûtant ou de douloureux, nous faisons des sons qui signalent que nous avons non seulement la capacité d'agir, mais aussi d'articuler. Selon ce dernier, le premier mot de l'homme aurait été "beurk" plutôt que "beau", ce qui correspondrait probablement à la théorie selon laquelle le langage est un don de Dieu à l'homme, que d'autres encore tentent de défendre.


Que ce soit Dieu, un chien ou la douleur d'avoir une massue tombée sur le pied qui nous a fait découvrir le langage, l'hypothèse de Johann Gottfried Herder (philosophe qui a vécu de 1744 à 1803) selon laquelle nous, en tant qu'êtres rationnels, ne pouvions pas éviter de découvrir le langage par nous-mêmes à un moment donné ne semble pas être complètement écartée, du moins pas en apparence.


Personnellement, je penche pour la théorie du "pooh-pooh". Peut-être qu'un club nous est vraiment tombé sur le pied une fois, ce qui a pu nous faire très mal et nous provoquer une exclamation de douleur. Nous savons tous combien un "DAMN" fort peut être libérateur, même si, dans le pire des cas, il ne fait généralement qu'assourdir

"AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHH". Ce qui a pu conduire à la pensée "Ohhhh quelqu'un ne va peut-être pas très bien en ce moment" dans la tête de quelqu'un d'autre. Les bébés le font encore aujourd'hui. Quand la momie est censée venir, ils crient, nos petits chéris s'en rendent vite compte, même s'ils sont moins rationnels, pour rester dans le langage philosophique. De même, de nombreuses autres significations expressives peuvent être différenciées les unes des autres par leur seule intonation. Par exemple, lorsque l'ordre des lettres que nous venons de mentionner est répété à des intervalles de plus en plus courts, mais que l'on peut, j'ose dire, laisser à leur

à votre imagination.


Je pense qu'il n'en a pas fallu beaucoup pour que l'homme ait l'idée d'improviser avec des paroles et que "Ahhhh" est devenu "Haaaa !" ou "Uhhhh", d'où un "Uahhh" n'est pas loin et, au plus tard, les adolescents ont donné le premier "Bahhhh" quand ils ont vu un sanglier décomposé sur la table du déjeuner.


Le langage est maintenant cela, quand la coïncidence devient méthode. Ainsi, lorsque nous utilisons des exclamations pour attirer spécifiquement l'attention sur quelque chose. Ainsi, notre ancêtre pourrait dire Bahhh à un moment donné à la table de la cuisine avant de sentir le sanglier pourri sur ses papilles gustatives, ou d'être remarqué par le nombre infini de nerfs olfactifs avant cela. Peut-être le pauvre animal était-il déjà couché à l'entrée de la grotte la veille et l'on se doutait de ce qui allait se passer à table ce soir-là. On aurait pu le pointer directement du doigt et dire "Bah" pour signaler, "donc je ne mangerai pas ça (plus tard)".


Cette variation est à la base de la langue, qui nous a aidés à mieux interagir les uns avec les autres, c'est-à-dire à devenir des êtres sociaux (social, en passant, vient du grec ancien et ne signifie en fait rien de plus que de poursuivre un objectif commun. Le moyen et la fin avaient, dès l'origine du mot, du moins pas nécessairement des connotations "positives" ; mais c'est juste en passant). Nous avons donc compris, sans doute avec l'aide de la langue, qu'il pouvait souvent être bénéfique de travailler ensemble pour parvenir à quelque chose. Cependant, si l'on fait ensuite quelque chose qui ne sert pas à grand-chose ou même qui est un obstacle, il faut se "justifier".


Il fallait expliquer, c'est-à-dire présenter, selon quelle règle ce qui était fait pouvait être considéré comme compréhensible. Et comme une règle n'est finalement que le droit de posséder une action, que l'on n'avait évidemment pas en cas d'erreur, on a formé soi-même la dérivation à ce droit, on l'a produit artificiellement, on l'a fabriqué. Comme une chaise qui n'existait pas auparavant.


Ainsi, lorsqu'on se "justifie", au sens premier du terme, cela signifie qu'il est déjà connu de toutes les personnes présentes que l'on a agi de manière antisociale, mais que la communauté veut nous donner la possibilité de ne pas perdre la face. Il est permis de justifier ses actions. Et c'est de la qualité de cette justification que dépend le fait de savoir si l'on est toujours considéré comme "sain d'esprit" à l'avenir, c'est-à-dire quelqu'un qui peut être tenu responsable de ses actes, qui est capable de "payer la facture" de ses actes, c'est-à-dire qui est capable de régler la même chose.




Webauftritt von stadt40

Teile jetzt diesen Artikel